Image 1 of 1

PASSION

UNE FILLE HABITANT UN VILLAGE D'UNE PROVINCE PEU SCOLARISÉE A UNE ESPÉRANCE DE SCOLARISATION DE 5 ANNÉES CONTRE 11,5 POUR UN GARÇON ENTRANT À L'ÉCOLE PRIMAIRE À TÉHÉRAN.
CETTE TENDANCE SI ELLE SE CONFIRME, S’INSCRIRAIT À L’OPPOSÉ DE CE QUE L’ISLAM TRADITIONNEL ATTEND DES FEMMES DE CES ÂGES: UN ENGAGEMENT EXCLUSIF DANS LEUR RÔLES D’ÉPOUSES ET DE MÈRES.
MAIS CE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT PEUT ÊTRE AUSSI LE REFLET DES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES AUXQUELLES SE HEURTENT LES FAMILLES.

♼♼♼
A VILLAGE GIRL LIVING IN A PROVINCE WITH A LOW RATE OF EDUCATION HAS A SCHOOLING EXPECTANCY OF FIVE YEARS VERSUS 11.5 YEARS FOR A BOY ENTERING PRIMARY SCHOOL IN TEHRAN.
IF THIS TREND CONTINUES, IT IS THE OPPOSITE OF WHAT TRADITIONAL ISLAM EXPECTS FROM WOMEN: AN EXCLUSIVE COMMITMENT TO THEIR ROLE AS WIVES AND MOTHERS.
BUT THIS CHANGE IN BEHAVIOR MAY ALSO REFLECT THE FINANCIAL DIFFICULTIES FACED BY FAMILIES.
Copyright
VALERIE LEONARD
Image Size
1702x1133 / 852.2KB
Contained in galleries
IRAN
UNE FILLE HABITANT UN VILLAGE D'UNE PROVINCE PEU SCOLARISÉE A UNE ESPÉRANCE DE SCOLARISATION DE 5 ANNÉES CONTRE 11,5 POUR UN GARÇON ENTRANT À L'ÉCOLE PRIMAIRE À TÉHÉRAN.<br />
CETTE TENDANCE SI ELLE SE CONFIRME, S’INSCRIRAIT À L’OPPOSÉ DE CE QUE L’ISLAM TRADITIONNEL ATTEND DES FEMMES DE CES ÂGES: UN ENGAGEMENT EXCLUSIF DANS LEUR RÔLES D’ÉPOUSES ET DE MÈRES.<br />
MAIS CE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT PEUT ÊTRE AUSSI LE REFLET DES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES AUXQUELLES SE HEURTENT LES FAMILLES.<br />
<br />
♼♼♼<br />
A VILLAGE GIRL LIVING IN A PROVINCE WITH A LOW RATE OF EDUCATION HAS A SCHOOLING EXPECTANCY OF FIVE YEARS VERSUS 11.5 YEARS FOR A BOY ENTERING PRIMARY SCHOOL IN TEHRAN.<br />
IF THIS TREND CONTINUES, IT IS THE OPPOSITE OF WHAT TRADITIONAL ISLAM EXPECTS FROM WOMEN: AN EXCLUSIVE COMMITMENT TO THEIR ROLE AS WIVES AND MOTHERS.<br />
BUT THIS CHANGE IN BEHAVIOR MAY ALSO REFLECT THE FINANCIAL DIFFICULTIES FACED BY FAMILIES.