Image 1 of 1

RED ROW

Maison de passe à Iquitos.
Les hommes payent 80 centimes d’euro l’entrée. C’est Raul qui tient la caisse et le bar.
Ils déambulent dans l’allée avant de faire leur choix.
Au fond, un écran projetant un film pour stimuler les moins convaincus.
Parfois, ils repartent sans "consommer « .
Les femmes arrivent vers 6 heures du soir. La « maison » ferme à minuit.
Elles louent leur chambre à Raul 9€ par soirée.
Raul ne touche aucun pourcentage sur leur gains.
Leurs tarifs commencent à 5€ pour 15 minutes.
Elles peuvent avoir jusqu’à 10 clients par soir.
La plupart des femmes viennent d’Iquitos et leur famille n’est pas au courant de leur activité nocturne. C’est pourquoi, elles tiennent à préserver leur anonymat en restant à demi-cachées à l’entrée de leur chambre.
J’ai passé plusieurs soirées avec Raul, Lazaro ( son assistant Cubain) , Marilyn, Monica, Betsy, Christina et les autres. Une étrange atmosphère bon enfant se dégageait de cet endroit pourtant sordide. ♼ ♼ ♼ Whorehouse in Iquitos.
Men pay 1$ for the entry fee. Raul holds the cashier and the bar.
Clients wander along the aisle before making their choice.
In the background, a screen playing a porn movie to stimulate the less convinced.
Sometimes they leave without "consuming".
Women arrive around 6 pm The "house" closes at midnight.
They rent their room from Raul, 9 € per night.
Raul does not receive any percentage on their earnings.
Their rates start at 5 € for 15 minutes.
They can have up to 10 clients per night.
Most women come from Iquitos and their families are not aware of their nighttime activity. That's why they want to preserve their anonymity by staying half-hidden at the entrance to their room. I spent several nights with Raul, Lazaro (his Cuban assistant), Marilyn, Monica, Betsy, Christina and the others. A strange good-natured atmosphere emanated from this sordid place.
Copyright
VALERIE LEONARD
Image Size
5371x3581 / 14.4MB
Contained in galleries
AMAZONAS
Maison de passe à Iquitos.<br />
Les hommes payent 80 centimes d’euro l’entrée. C’est Raul qui tient la caisse et le bar. <br />
Ils déambulent dans l’allée avant de faire leur choix. <br />
Au fond, un écran projetant un film pour stimuler les moins convaincus.<br />
Parfois, ils repartent sans  "consommer « .<br />
Les femmes arrivent vers 6 heures du soir. La « maison » ferme à minuit.<br />
Elles louent leur chambre à Raul 9€ par soirée.<br />
Raul ne touche aucun pourcentage sur leur gains.<br />
Leurs tarifs commencent à 5€ pour 15 minutes.<br />
Elles peuvent avoir jusqu’à 10 clients par soir. <br />
La plupart des femmes viennent d’Iquitos et leur famille n’est pas au courant de leur activité nocturne. C’est pourquoi, elles tiennent à préserver leur anonymat en restant à demi-cachées à l’entrée de leur chambre.<br />
J’ai passé plusieurs soirées avec Raul, Lazaro ( son assistant Cubain) , Marilyn, Monica, Betsy, Christina et les autres. Une étrange atmosphère bon enfant se dégageait de cet endroit pourtant sordide. ♼ ♼ ♼ Whorehouse in Iquitos.<br />
Men pay 1$ for the entry fee. Raul holds the cashier and the bar.<br />
Clients wander along the aisle before making their choice.<br />
In the background, a screen playing a porn movie to stimulate the less convinced.<br />
Sometimes they leave without "consuming".<br />
Women arrive around 6 pm The "house" closes at midnight.<br />
They rent their room from Raul, 9 € per night.<br />
Raul does not receive any percentage on their earnings.<br />
Their rates start at 5 € for 15 minutes.<br />
They can have up to 10 clients per night.<br />
Most women come from Iquitos and their families are not aware of their nighttime activity. That's why they want to preserve their anonymity by staying half-hidden at the entrance to their room. I spent several nights with Raul, Lazaro (his Cuban assistant), Marilyn, Monica, Betsy, Christina and the others. A strange good-natured atmosphere emanated from this sordid place.